EcoSila accueillie à la Maison pour sa première formation

14
Juin

Du 15 au 19 avril, la Maison de l’Environnement a accueilli la première formation de l’association EcoSila, formation de 5 jours sur les thèmes environnementaux avec un groupe composé de jeunes locaux et de nouveaux arrivants (réfugiés, demandeurs d’asile, étudiants …) afin de favoriser la rencontre entre ces personnes d’horizons différents. Asma, algérienne, a participé à cette formation :

J’ai été invitée par un ami dans un cours de Français puis j’ai assisté à une soirée de rencontre environnement et migrations Ecosila. Je suis étudiante en biologie et l’écologie me plaît, environnement et migration sont liés mais on ne sait pas comment faire. Le contenu était intéressant avec des ateliers de réflexion, des débats et aussi des ateliers cuisine ensemble pour préparer les repas, un peu de tout. Nous avons eu plein d’informations et partagé la culture et les traditions… à partir de produits bio.

Cette première édition sur 5 jours a permis d’aborder de nombreuses thématiques comme les enjeux environnementaux liés au réchauffement climatique, le jardinage, la sensibilisation à l’alimention bio et locale, le zéro déchet, la société solidaire… des temps animés par les bénévoles d’Ecosila, locaux ou nouveaux arrivants, mais aussi plusieurs associations locales dont CIE, Anciela, Mouvement de palier ou la Légumerie qui a organisé une après-midi au jardin l’Oasis de Gerland.

Nous sommes tous revenus avec des plantes et des graines, j’ai 4 tomates à la maison maintenant.” raconte Asma “Nous avons pu échanger sur ce que chacun a vu dans son pays et penser à ce que nous voulons faire après. Nous avons imaginé notre société idéale et présenté ça en fin de semaine, à la remise des diplômes. Nous nous sommes déjà revus pour l’iftar, pendant le Ramadan, nous avons invité tous les participants à essayer et partager le repas du soir. Dans nos différents pays, on ne fait déjà pas la même chose et même des non-musulmans ont essayé.

La semaine nous a permis de nous rencontrer et de créer un groupe soudé, chacun est fier de partager son expérience personnelle et son point de vue sur les questions environnementales.” explique Johanne, l’une des bénévoles à l’initiative de cette semaine “Nous avons aussi pu entrer en contact avec d’autres associations. L’idée est née du constat d’un manque de lien entre locaux et nouveaux arrivants. Nous n’avons pas souvent l’occasion de nous rencontrer et de faire des choses ensemble. Ces 5 jours ont montré que nous avons des manières différentes d’aborder l’écologie et que l’on en apprend beaucoup en partageant nos points de vue et nos expériences sur le sujet. Les témoignages de nouveaux arrivants qui ont vu des problèmes environnementaux dans leurs pays d’origine m’ont beaucoup touchée. Notre mode vie ici et notre consommation a un impact ailleurs, on ne peut pas l’ignorer et c’est important d’en parler car ça nous concerne tous et ça peut nous rapprocher. »

En octobre, une nouvelle formation est en projet sur 3 jours avec d’autres associations et l’implication de nouveaux bénévoles.

Nous cherchons à faire animer ces formations aussi bien par des locaux que des nouveaux arrivants. Nous organisons des soirées de rencontre lors desquelles nous invitons des intervenants qui parlent d’un sujet en lien avec l’environnement et les migrations. Cela nous permet aussi de chercher des bénévoles et de créer du lien entre les participants et avec d’autres associations.

Asma qui a participé à cette première édition souhaite par exemple contribuer à cette prochaine formation :

À la fin de la formation, on sait comment améliorer les choses, se donner des missions pour agir. Pendant la formation, il y avait des ingénieurs, un mécanicien, un professeur des écoles, certains ont fait des études dans ce domaine mais pour d’autres c’est totalement nouveau. Maintenant je suis bénévole à Ecosila. En Algérie, j’étais médecin généraliste alors j’aimerais ajouter des choses sur la santé. J’ai plein d’idées.